Compte rendu de la sortie sur le tournage de « Chocolat »

(actualisé le ) par Béatrice Heusse

Le mercredi 18 mars 2015, nous avons vécu une expérience unique : assister au tournage du futur film de Roschdy Zem, « Chocolat ». Nous avons été reçus sur le plateau, situé à Theuville dans le Vexin, par le régisseur Fabrice Triquenot et par Monsieur Glâtre, chargé de mission Images et Cinéma au Conseil général du Val d’Oise.

Celui-ci a pris la parole pour nous expliquer pourquoi le Vexin et en particulier Theuville servent très souvent de lieux de tournages.

Le village de Theuville présente de nombreux avantages : tout d’abord, ce site peut convenir aux décors de films d’époques variées parce qu’il n’y a pas de pollution visuelle (pas de pylône, ni de fils électriques, et ses maisons anciennes et typiques du Vexin sont très bien conservées). Ensuite, la proximité de Paris permet à chacun de rentrer chez soi et évite des dépenses supplémentaires à la production. De plus, la comtesse Angèle de Liedekerke, propriétaire quasi exclusive du village, simplifie les démarches administratives puisqu’elle est la seule interlocutrice. Enfin, ce lieu présente l’avantage de poser les décors et les équipes au même endroit pendant plusieurs semaines (ce qui n’est pas le cas sur la plupart des tournages).

Nous sommes arrivés pendant la pause déjeuner des techniciens et des acteurs, ce qui nous a permis de visiter les loges et les espaces de tournage. Nous nous sommes d’abord dirigés dans l’espace réservé aux costumes et accessoires des premiers rôles. Chaque personnage avait un portant à son nom, avec tous les costumes nécessaires pour plusieurs jours.

Le nombre de costumières évolue avec le nombre de comédiens et figurants chaque jour. Deux jours avant notre visite, il y avait sur le tournage 270 figurants et 30 costumières. Comme les costumières, les techniciens sont intermittents, ce qui signifie qu’ils ne travaillent pas tous les jours et renforcent l’équipe de base en fonction des besoins.

Nous avons ensuite visité l’atelier patine qui consiste à vieillir les accessoires, les bijoux et les costumes. Nous nous sommes ensuite dirigés vers les loges des figurants après avoir visité les loges des rôles principaux. Derrière les loges, se trouvait un très vieux chapiteau (celui qui se trouve à Bordeaux dans le film) et un chapiteau plus récent. Les deux scènes auxquelles nous avons assisté cet après-midi là ont été tournées à proximité de ce chapiteau. Les deux angles de prise de vue ont pu faire croire à deux chapiteaux différents : le cirque Delvaux et le cirque Mange merde.

SILENCE, MOTEUR, CA TOURNE, CLAP, ACTION !!!

Première scène :

Un homme quittant le cirque à bord d’une charrette, salue un personnage qui décharge du foin. Cette scène a été reprise sept fois et nous avons pu observer des modifications au cours des différentes prises (introduction d’un troisième personnage et position de l’homme qui décharge le foin).

Seconde scène :

La scène se situe devant l’entrée du cirque Mange merde : un couple invite la foule à acheter des billets pour la prochaine représentation. Au cours des différentes prises nous avons remarqué que Roschdy Zem donnait des conseils à ses comédiens sur l’intonation, la gestuelle et l’intensité de la voix...

Nous avons repéré lors de ces scènes le perchman (prise de son), la scripte, le chef opérateur, ainsi que le réalisateur, trois figurants, et quatre cinq techniciens chargés de monter et démonter les éléments de décor, les caméras et les cadres blanc et noir visant à contrôler l’éclairage naturel.

Lors de cette seconde scène la caméra a été posée sur des rails afin de permettre les travelling arrière.

Ils nous a semblé qu’il s’agissait d’ une journée de tournage plutôt calme et cela nous a offert de bonnes conditions de visite. Le régisseur nous a confié que sur 8h de tournage il ne resterait que 2 minutes utiles au film.

Nous avons beaucoup apprécié notre visite sur le plateau. Un « petit » regret cependant concernant l’absence d’ Omar Sy...

Nous tenons à remercier chaleureusement Monsieur Glâtre, qui nous a ouvert les portes du tournage, et Monsieur Triquenot, très disponible et attentifs à nos questions.

 

Si vous voulez en savoir plus sur le tournage du film et sur la véritable histoire de Raphaël Padilla, dit Chocolat, cliquez sur le lien suivant :

http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/02/16/03002-20150216ARTFIG00286-omar-sy-dans-chocolat-les-premieres-images.php